Famille des Cerambycidae

Famille de plus de 25 000 coléoptères, la plupart avec de longues antennes s’insérant sur des tubercules saillants. Antennes plus longues chez le mâle que chez la femelle. Corps nettement allongé et souvent aplati plus ou moins sur le dessus. Élytres pouvant être plus larges que le thorax…/… Nombreuses espèces très colorées, souvent avec des différences notables entre les sexes. Elles se nourrissent de fleurs (pollen) et de feuilles, mais la plupart prenne peu de nourriture à l’état adulte. Beaucoup peuvent striduler…/… elles le font quand elles sont inquiètes.
Les larves sont presque toutes xylophages, attaquant aussi bien les troncs vivants que morts. Nuisibles en zone forestière…/… La vie larvaire est longue : deux à trois ans, ou plus, dans le bois mort et sec

Agapanthie à pilosité verdâtre ( Agapanthia villosoviridescens ), 10 à 22mm

Agapanthie du chardon ( Agapanthia cardui ), 6 à 13mm

Crédit Photo : Valérie Bruneau-Querey

Rosalia alpina a une livrée variable. On la trouve dans les forêts d’altitude. Les larves se développent dans les feuillus (hêtres et saule). Rare, elle est protégée dans certaines régions.

La femelle a complètement « dévaginé » son tractus génital (j’en reste à un terme vague, pour ne pas m’attirer les foudres des entomologistes avertis), dans lequel le mâle a introduit son pénis dont la partie supérieure est comme crénelée. Détail de l’acte copulatoire et des organes sexuels.( photo du bas)

En regardant bien, on remarque que le pénis est entouré par deux petites masses, qui appartiennent au tractus de la femelle. Ce sont comme deux petites glandes portées par des filaments parallèles insérés dans la dernière section de l’organe femelle. Chacune de ces deux glandes est terminée par une sorte de petit doigt, avec quelques poils.

Rosalie des Alpes ( Rosalia alpina ), 15 à 38mm, protection nationale en France

Crédit Photo : Bernard Mallet

Le Lepture rouge femelle ( Stictoleptura rubra ), 10 à 20mm

Crédit Photo : Yvon-Henry Houzier

 

Le Sténoptère roux ( Stenopterus rufus ),  7 à 16mm

Le Clyte varié ( Chlorophorus varius ), 8 à 14mm

Le Lepture fauve ( Paracorymbia fulva ), 9 à 15mm

Crédit Photo : Pascale Hervieu

Ce spécimen a été photographié en Corse du sud. Ce spectaculaire insecte peut atteindre 60mm de longueur. Ses larves sont xylophages et rencontrées essentiellement dans le bois des chênes, parfois dans d’autres feuillus.

Le Grand Capricorne mâle ( Cerambyx cerdo), protection nationale en France

Crédit Photo : Valérie Bruneau-Querey

Le Pachyte à 4 taches ( Pachyta quadrimaculata ),10 à 20mm

Crédit Photo : Bernard Mallet

 

Le Clyte bélier ( Clytus arietis ), 6 à 15mm

Le Clyte mystique ( Anaglyptus mysticus ), 5 à 14mm

Crédit Photo : Valérie Bruneau-Querey

 

( les deux Clytes ont été observés sur tissus, à l’intérieur d’une maison )

La Strangalie à forme de Capricorne ( Pachytodes cerambyciformis ), 8 à 11 mm

Le Lepture tacheté ( Rutpela maculata), 15 à 20 mm

Crédit Photo : Valérie Bruneau-Querey

La Rhagie fâchée ( Rhagium bifasciatum ), 12 à 22 mm

Crédit Photo : Valérie Bruneau-Querey

Menu