30 sujets de 1 à 30 (sur un total de 53)
  • Auteur
    Messages
  • #26188
    Pascale
    Admin ASCPF

    Bonjour

    Ce fil est ouvert pour Gilles Thomas, parrainé par Olivier Gutfreund.

    Olivier, la parole est à toi pour nous le présenter et ensuite, Gilles, tu pourras aussi nous expliquer dans quel contexte tu t’es mis à la photographie, quels sont tes sujets de prédilection et quelle est ta démarche photographique. Tout cela agrémenté de 10 à 15 photos de sujets variés.

    Sans opposition d’un des membres du CA qui ont accès à ce fil, tu seras membre de l’ASCPF quinze jours après ta première publication.

    Amicalement

    Pascale

    • Ce sujet a été modifié le il y a 1 mois et 1 semaine par Pascale.
    • Ce sujet a été modifié le il y a 1 mois et 1 semaine par Pascale.
    #26194
    Franck Lesueur
    Admin ASCPF

    enfin, Olivier se met au travail :yahoo: :yahoo: :yahoo: ;-)

    #26403
    Olivier Gutfreund
    Participant

    Donc je dois parler de Gilles, Bon je vais simplement vous raconter une anecdote de notre première rencontre en Finlande. Je suis arrivé à l’aéroport finlandais et ils avaient perdu ma valise … Arnaud m’a cherché et je suis arrivé au gite et Gilles m’a de suite serré dans ses bras alors que nous ne discutions que par Facebook depuis longtemps pour moi et lui c’était comme si nous nous connaissions depuis 30 ans alors que non … De suite il m’a prêté des vêtements et autre ustensile pour que je puisse quand même profiter de mon début de séjour chaotique. 10 jours ensemble 10 jours de bivouac de galère de fatigue et de moment difficile pendant ce séjour et souvent dans ces cas-là les gens montrent leurs vrais visages … Au bout de 10 jours Gilles est resté le même … bienveillant envers tout le monde, toujours prêt à rendre service… je vais être honnête avec vous les amis … je n’ai jamais rencontré quelqu’un comme lui … il est Exceptionnel … je pense que le bon dieu a cassé le moule après lui …. Et la nature vous allez me dire ??? j’y viens Gilles à un respect et un amour incommensurable de la faune du monde ce qui lui amené une éthique hors norme et une passion sans fin pour la nature d’où qu’elle soit. Je pense qu’il peut apporter ENORMEMENT à notre association et suis honoré et fier d’être son parrain (plusieurs membres étaient prêts à l’être mais je les ai tous devancés ^^).

    #26404
    Pascale
    Admin ASCPF

    Bonsoir Olivier, ta présentation donne envie de connaître Gilles ! Il faut maintenant que tu l’invites à venir sur ce fil pour qu’il se présente et nous montre des photos. J’ai hâte de les découvrir.

    Pascale

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 4 semaines et 1 jour par Pascale.
    #26409
    Franck Lesueur
    Admin ASCPF

    Belle présentation :good:

    #26424
    giltoma
    Participant

    Bonjour à toutes et tous les membres de l’ASCPF,

    Je suis Gilles THOMAS et, dans la foulée du parrainage d’Olivier GUTFREUND, j’ai le grand plaisir de faire acte de candidature à l’ASCPF et, à cet effet, de me présenter à vous.

    Avant toute chose, je vais chaleureusement remercier Olivier pour ses adorables mots de présentation qui m’ont beaucoup touché, il connait mes sentiments à son endroit alors je n’en dirais ici pas plus …

    Natif de Cherbourg, j’ai passé une grande partie des temps libres de mon enfance et de mon adolescence à arpenter et explorer les landes et les cotes découpées du Cotentin. Toutes les nombreuses heures que j’ai passées dans cet environnement sauvage ont été un ravissement et ont contribué à forger mon attirance pour ces territoires préservés où l’incitation à l’observation était portée par la beauté des paysages et l’exercice de la vie d’une faune qui devait souvent composer avec la rudesse des éléments …

    Pour des motifs professionnels, mes parents, ont dû quitter ce territoire cher à mon cœur pour s’installer en région parisienne. Les landes devenaient des jardins publics, les littoraux découpées se mutaient en plans d’eau urbains, les plages infinies se changeait en bacs à sable ! Même si le choc de ce déménagement était loin d’être anodin, cette nouvelle vie citadine a cristallisé mon désir de voyage, mon envie de découvrir des contrées inconnues, les femmes et les hommes qui y vivaient, la Nature qui s’y exerçait.

    Durant cette période des années 1980, j’ai voulu tenter modestement de fixer sur la pellicule les expériences que je vivais au hasard de mes périples et j’ai acquis un boitier reflex Minolta X-700 équipé d’un simple objectif 50 mm.

    Ensuite, après un accident sportif, j’ai dû adapter la pratique de certaines des activités auxquelles je m’adonnais et je me suis investi dans la plongée sous-marine. J’ai eu le bonheur de m’immerger dans de nombreuses mers où les écosystèmes étaient d’une beauté sidérante. Je me suis alors équipé de matériels de prise de vue vidéo subaquatique pour partager le spectacle de cette faune que j’avais le privilège d’admirer. Au fil des années, les règlementations aériennes se sont considérablement durcies, les 60 kg de mon seul matériel de prise de vue et d’éclairage sont devenus intransportables et j’ai dû me résoudre à les laisser « sur le quai ».

    Ensuite et depuis plus de 30 ans, avec mon épouse Agnès, passionnée comme moi de voyage, nous partons dès que possible, au-delà de nos frontières pour découvrir et découvrir encore ! A fil du temps, une nouvelle fois, l’évidence du partage s’est imposée à nous. Nous nous sommes interrogés sur la forme qu’allait prendre ce partage et c’est à l’occasion d’un inoubliable voyage en Alaska durant lequel nous avons pu approcher, en immersion et grâce à l’incroyable Lionel MAYE, les Ours Grizzly que des évidences se sont imposées : le Monde Animal Libre et Sauvage est d’une époustouflante beauté mais également d’une extrême fragilité et la photographie, même amateur, pouvait permettre de faire toucher du doigt ces deux réalités.

    Avec Agnès, nous nous y consacrons depuis avec passion.

    Depuis cette année, j’ai commencé à participer à des festivals de photographie Nature avec une exposition que j’ai appelée « Masaï-Mara, le Sanctuaire » et, à ces occasions, j’ai eu l’opportunité de faire 2 conférences sur l’état de la biodiversité en Afrique dont la situation actuelle et projetée fait « froid dans le dos » …

    Parallèlement et au regard de mon activité photographique quasi-exclusivement exercée au-delà de nos frontières dans un cadre organisé et guidé, j’ai effectué des stages (notamment dans le Nord et en Corrèze) pour me mettre au contact de la faune de notre pays et surtout, apprendre à l’approcher de manière à réaliser des images en provoquant le moins de dérangement possible.

    Je suis un autodidacte qui a le désir d’étendre le champ de ses connaissances tant d’un point de vue des techniques photographiques que de celles des comportements appropriés à la prise de vue respectueuse de la biodiversité et, outre le partage, là est l’esprit de ma candidature à l’ASCPF.

    Je vous remercie à l’avance de l’attention que vous voudrez bien accorder à l’étude de ma candidature,
    Très cordialement,

    #26425
    giltoma
    Participant

    Comme vous me le demandez, voici quelques photos que j’ai réalisées :

    #26426
    giltoma
    Participant

    Photo n° 01
    Kenya – Masaï-Mara :
    Je suis au confins de la « Paradise Plain ». Je suis une pride de Lions constituée d’environ une vingtaine d’individus qui tranquillement vit sa vie. Tout d’un coup, le mâle dominant de ce groupe se dresse et adopte cette imposante position d’une incroyable majesté … Que ce passe-t-il ? Un mâle solitaire errant s’approche du groupe, il n’est pas le bienvenu, il faut lui signifier qu’il doit passer son chemin, ce qu’il fait rapidement à la vue de l’intimidante stature de ce Seigneur de la Savane.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 semaines et 2 jours par giltoma.
    #26427
    giltoma
    Participant

    Photo n° 02
    Ethiopie – Guassa Conservation Area :
    Dans cette merveilleuse terre de l’endémisme, sur les hauts plateaux de Guassa situés au nord-nord/est d’Addis-Abeba près du village de Gifreye, vit sereinement dans un territoire préservé, une population de plusieurs milliers de singes Gélada, la dernière espèce de Théropithèque vivant sur notre planète. Même si ces primates sont exclusivement herbivores, ils sont pourvus d’impressionnantes canines dont l’utilité s’exprime dans les combats de dominance ou les démonstrations de séduction. Les hauts plateaux en juin sont couverts de fleurs d’une cinquantaine de centimètres dans lesquelles évoluent les Géladas pour se nourrir ; ce sublime environnement donne l’opportunité de réaliser des images enchanteresses de ces visages expressifs émergeants de cette végétation colorée.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 semaines et 2 jours par giltoma.
    #26428
    giltoma
    Participant

    Photo n° 03
    USA Alaska – Parc National du Katmaï :
    Cet état, que les américains appellent la « dernière frontière », est vaste (plus de 3 fois la surface de la France) avec une très faible population humaine de seulement 730.000 habitants, les territoires sauvages sont infinis. 98 % du tous les Ours Grizzly « américains » vivent en Alaska avec une population estimée entre 35.000 et 45.000 individus. Après leur hivernation, les Grizzly(s) ont perdu près de 30 % de leur poids qu’ils doivent reconstituer avant la période de sommeil suivante. C’est lors de la migration des saumons pour le frai annuel que les Ours convergent tous vers plans et cours d’eau pour se nourrir des salmonidés. La technique de pêche consiste à se poster immobile sur les rives puis de s’élancer et plonger dans l’eau pour attraper les poissons. Cette image d’un grand mâle a été réalisée, posté à une vingtaine de mètres sur l’autre rive du cours d’eau, durant dans la phase d’arrêt précédant le très impressionnant jaillissement.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 semaines et 2 jours par giltoma.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 semaines et 1 jour par giltoma.
    #26429
    giltoma
    Participant

    Photo n° 04
    Kenya – Masaï-Mara :
    J’ai appelé ce cliché d’éléphant « Quand les plus grandes forces de la Nature affrontent les plus grandes forces de la Nature ». Le Masaï-Mara est un haut plateau vallonné de savane qui oscille entre 1500 et 2180 m d’altitude, en fin de journée, au couchant du soleil, les variations thermiques sont importantes et des orages se forment souvent. Cette image, réalisée environ 30 minutes avant la disparition du soleil, symbolise la puissance et la résilience du pachyderme face aux éléments qui vont se déchaîner quelques minutes plus tard comme le montre les hautes herbes qui se couchent par l’effet des rafales de vent précédant l’orage.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 semaines et 2 jours par giltoma.
    #26430
    giltoma
    Participant

    Photo n° 05
    Ethiopie – Mount Balé National Parc – Web Valley
    Sur les steppes afro-alpines du Mount Balé National Parc situé au sud-est de la capitale, à environ 3600 m d’altitude, vivent les derniers 500 individus de Loup d’Abyssinie. Cette magnifique espèce de canidés totalement endémique de l’Ethiopie a failli disparaitre durant les 5 dernières années du fait de la Maladie de Carré et de la Rage transmises par les chiens errants. Un programme très engagé de vaccination administrée par injection au fusil hypodermique ou largage de viande contenant le sérum a permis d’enrayer les maladies qui, dans certains secteurs, ont néanmoins causé une mortalité de près de 60 % des individus. Pour la réalisation de cette image, j’étais posté à l’abri des roches de basalte, à longue distance des sujets avec une très longue focale. Les canidés tranquillement installés, s’étaient distribués la surveillance du secteur mais, extraordinaire comportement, même si le Loup de droite me tournait le dos, j’étais localisé et surveillé de manière auditive grâce à ses oreilles … tournées à 180° vers moi.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 semaines et 2 jours par giltoma.
    #26431
    giltoma
    Participant

    Photo n° 06
    Kenya – Masaï-Mara :
    En fin de journée, mon guide Masaï a repéré le vol d’altitude de plusieurs Aigles Martial, l’Aigle à la plus importante envergure des rapaces d’Afrique pouvant atteindre 2,60 mètres. Le véhicule est stoppé à proximité d’un petit cours d’eau bordé d’arbre et nous nous mettons à l’affut. Par une bonté de la Nature, un des Aigles se détache, entame sa descente et approche de notre position pour se poser au sommet d’un arbre me donnant l’opportunité de déclencher quelques secondes avant l’atterrissage alors que le superbe rapace est face au soleil couchant.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 semaines et 2 jours par giltoma.
    #26432
    giltoma
    Participant

    Photo n° 07
    Kenya – Masaï-Mara :
    Le Léopard est le seul félin qui a grande facilité à grimper aux arbres. C’est même une de ses stratégies pour observer son environnement, se reposer en toute quiétude et, surtout, pour mettre à l’abri les proies qu’il a occises de manière à pouvoir les dévorer tranquillement sans risque de se les faire voler par d’autres prédateurs. Les capacités de grimpeur du Léopard sont étonnantes car grâce à une large puissante mâchoire, de courtes pattes abaissant son centre de gravité, des épaules à la musculation surdimensionnée, il est capable de hisser des proies plus lourdes que lui. Même si cette image laisse à penser que le Léopard s’est installé dans une position d’observation, il est en réalité en cours d’ascension vers les hautes branches de cet arbre.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 semaines et 2 jours par giltoma.
    #26433
    giltoma
    Participant

    Photo n° 08
    Kenya – Masaï-Mara :
    Cette image est un hommage aux Vautours (celui-ci est un Vautour Oricou – Torgos Tracheliotos) que beaucoup considèrent comme communs et abondants alors que l’organisme « Birdlife » confirme que sa population est en déclin constant depuis 30 ans. Ses effectifs ont, par exemple, diminué de plus de 90 % en Afrique Occidentale. Ils ont également baissé au Soudan et au Kenya. En revanche, ils semblent encore stables en Ethiopie et en Tanzanie mais pour combien de temps ? Les Vautours africains sont confrontés aux mêmes menaces que les autres espèces de vautours : conversion des terres pour l’agriculture et l’élevage, diminution importante des ongulés ce qui entraîne une réduction du nombre des carcasses, chasse et persécution par empoisonnement. L’électrocution par les lignes à haute tension est également un problème dans certaines parties de leur aire de distribution.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 semaines et 2 jours par giltoma.
    #26434
    giltoma
    Participant

    Photo n° 09
    Kenya – Masaï-Mara :
    Et que dire du Guépard dont je veux croire que ma photo le montre en train de fixer un « avenir incertain » … Au début du 20ème siècle, on comptait environ 100.000 guépards vivant à travers l’Asie et l’Afrique. En ce début du 21ème siècle, il resterait moins de 7.000 individus répartis dans 26 pays africains. Aujourd’hui, les populations viables se trouvent dans moins de la moitié des pays où les guépards existent toujours. A ce jour, toutes les populations de guépards sont inscrites sur l’annexe I de la CITES comme espèces menacées d’extinction et sont répertoriées sur la liste rouge de l’UICN comme espèces « vulnérables » ou « en danger d’extinction ».

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 semaines et 2 jours par giltoma.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 semaines et 1 jour par giltoma.
    #26435
    giltoma
    Participant

    Photo n° 10
    Ethiopie – Mount Balé National Parc – Web Valley
    Les Loups d’Abyssinie ont des comportements très particuliers et … attachants. Ils dorment de manière isolée. Après leur réveil, ils courent, parfois sur de longues distances, pour retrouver les autres membres de leur groupe. Une fois ensemble, ils se livrent à une exubérante fête de retrouvaille qui peut durer jusqu’à une heure avant de se mettre en marche de concert pendant quelques kilomètres puis de partir chacun de leur côté pour le reste de la journée pour chasser individuellement uniquement pour eux-mêmes. En fin de journée, processus inverse, ils se regroupent pour un nouveau moment de retrouvaille avec de s’égayer chacun de leur côté pour dormir où ils auront décidé, ce soir-là, de le faire. Cette image a été réalisée avant la mise en marche pour le regroupement du matin.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 semaines et 2 jours par giltoma.
    #26436
    giltoma
    Participant

    Photo n° 11
    Kenya – Masaï-Mara :
    Je dois cette photo au regard très aiguisé de mon Guide Masaï, Moses Gilisho, qui avait – de très loin – repéré dans les autres herbes, ce Serval en position recroquevillée de chasse. Sachant que ce félin fait une soixantaine de centimètres au garrot et que les herbes devaient faire 50 cm de haut, on mesure l’extraordinaire acuité visuelle de ce Guide. Nous nous sommes ensuite positionnés à distance pour ne pas interférer dans la chasse et avons eu la chance qu’elle se déclenche parfaitement parallèlement à notre position.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 semaines et 2 jours par giltoma.
    #26437
    giltoma
    Participant

    Photo n° 12
    Finlande – Kuikka
    Cette image de Loup Gris (Canis Lupus) a été réalisée à partir d’un affût commercial de l’organisation de M. Lassi Rautiainen dans la région de l’Est Sauvage de la Finlande à proximité de la frontière russo-finlandaise.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 semaines et 2 jours par giltoma.
    #26438
    giltoma
    Participant

    Photo n° 13
    Kenya – Masaï-Mara :
    Cette image a une incroyable histoire : Cette fin d’accouplement n’est pas le résultat de l’instinct de procréation ! Il faut savoir que les Léopards mâles n’hésitent pas à tuer les léopardeaux pour que leurs mères, interrompues en cela dans l’allaitement, reviennent en oestrus et qu’ils puissent ainsi de nouveau les « honorer ». Autre caractéristique importante à cette histoire, les coïts de Léopards se déroulent quasiment toujours dans les sous-bois, très loin des regards. La veille de ce cliché, nous avions vu cette femelle avec un petit d’environ 2 mois et lorsque, le jour de la prise de vue, nous avons vu la même femelle accompagnée du mâle et sans son petit, c’est avec une larme à l’œil que nous avons compris que le jeune avait probablement été tué par le mâle. Nous avons ensuite été très intrigués par le fait que la femelle minaudait autour du mâle en l’attirant vers les plaines en terrain totalement découvert et que les accouplements s’enchainaient toutes les 30 minutes. Une fois les 4 jours de la session d’accouplement terminés, le mâle est reparti de son côté, la femelle du sien. Le lendemain de la séparation, la radio de notre guide s’est mise à crépiter et les cris de joie se sont multipliés : un autre guide venait de repérer la même Léoparde de nouveau accompagnée de son petit !!! Nos guides Masaï nous ont alors expliqués que le phénomène avait déjà été décrit : à l’approche du mâle, cette femelle avait caché son jeune dans les broussailles, avait simulé son intérêt pour le mâle, s’était donnée « corps et âme » à lui en l’emmenant en terrain découvert au plus loin de son bébé et, une fois, ce monsieur « rassasié » et reparti, elle était revenue chercher son léopardeau qui, par son abnégation, a été sauvé d’une mort certaine. Alors, nous n’avons pas dû patienter pour prendre cette image précise mais les circonstances qui ont permis de faire cette prise de vue sont incroyablement exceptionnelles.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 semaines et 2 jours par giltoma.
    #26439
    giltoma
    Participant

    Photo n° 14
    France – Nord – Forêt de Mormal
    Cette photo a été réalisée lors d’une de mes premières expériences de prise de vue dans la Nature de notre pays. Après avoir été initié aux premières techniques et stratégies d’approche de la faune, j’ai pu y mesurer la difficulté de la mise en position de pouvoir réaliser des images de proximité. Ce jour-là, pas de cerfs, pas de biches mais le grand plaisir de ce contact avec des chevrettes.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 semaines et 2 jours par giltoma.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 semaines et 2 jours par giltoma.
    #26440
    giltoma
    Participant

    Photo n° 15
    USA Alaska – Parc National du Katmaï :
    Toujours à l’occasion de la migration des saumons pour le frai annuel, en fin de journée, après des heures et des heures de pêche, cet imposant mâle s’est tranquillement calé sur une grève pour prendre du repos et me donner l’occasion de faire des clichés notamment de ses redoutables armes que sont ses surpuissantes pattes terminées de redoutables griffes d’une quinzaine de centimètres.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 semaines et 2 jours par giltoma.
    #26441
    giltoma
    Participant

    Photo n° 16
    Kenya – Masaï-Mara :
    Cette image est chère à mon cœur pour l’émotion qu’elle me procure. A l’origine, le cliché était une photo plus que banale d’un vieil éléphant dans la savane. Cette photo aurait pu finir à la corbeille si l’éclairage pleinement latéral par un soleil qui commençait à décliner ne m’avait pas donné l’idée de travailler l’image en post-production. J’ai donc créé « artificiellement » un clair-obscur qui, compte-tenu de l’angle aigu de frappe des rayons du soleil, révélait les profonds reliefs de la peau du pachyderme grâce à l’important champs des ombres portées.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 semaines et 2 jours par giltoma.
    #26442
    giltoma
    Participant

    Photo n° 17
    Kenya – Masaï-Mara :
    J’ai appelé cette photo « crépuscule d’une icône » ! Au début du 20ème siècle, le rhinocéros noir était le plus commun dans l’Afrique subsaharienne où sa population était estimée à 850.000 individus. Au lendemain de la 2ème guerre mondiale, l’homme a commencé à le chasser pour la viande, le « sport », pour « contrôler » sa population et en 1960, on ne comptait déjà plus que 100.000 rhinocéros noirs sauvages. Depuis les années 1970, avec l’insensé trafic mortifère de sa corne, près de 98 % de la population restante de rhinocéros noir a été décimée par les braconniers pour atteindre un plus bas en 1995 avec seulement 2400 individus. Aujourd’hui, la presque totalité de la population de rhinocéros noir se concentre dans 4 pays seulement : le Kenya, la Namibie, l’Afrique du Sud et le Zimbabwe, la plupart dans des zones protégées où les mesures de préservation ont permis la remontée de leur nombre à environ 5.000 mais, comme les cornes continuent de se négocier entre 50.000 et 70.000 € le kg (200.000 € pour une corne), le braconnage persiste rendant l’avenir de l’espèce plus qu’incertain …

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 semaines et 2 jours par giltoma.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 semaines et 2 jours par giltoma.
    #26443
    giltoma
    Participant

    Photo n° 18
    USA Alaska – Parc National du Katmaï :
    Image d’un Grizzly s’élançant dans la rivière pour plonger dans l’eau pour attraper un saumon en pleine migration. Cette photo a été réalisée d’une position statique dans l’eau jusqu’aux cuisses à une trentaine de mètres du sujet sur l’autre rive du cours d’eau (rivière Moraine).

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 semaines et 2 jours par giltoma.
    #26444
    giltoma
    Participant

    Photo n° 19
    Ethiopie – Guassa Conservation Area :
    Dès mon arrivée, en fin de journée, sur les Landes de Guassa, un groupe de Géladas était là comme s’il m’attendait avant de prendre le chemin des parois escarpés de la falaise où il passe la nuit. Je m’approche pianissimo, la quinzaine de Théropithèques me considère sans bouger. Après une quinzaine de minutes, ils se mettent tranquillement en marche et je les accompagne parallèlement à leur trajet. Alors que la troupe poursuit son parcours comme si nous n’existions pas, je m’arrête et après l’avoir suivie de mon regard, je me retourne pour observer les retardataires et là, à quelques mètres, assis sur un promontoire qui me domine, le flamboyant Chef du Clan, menton relevé, me toise de toute sa majesté ! Je suis subjugué, l’émotion de ce premier rendez-vous est à son comble.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 semaines et 2 jours par giltoma.
    #26445
    giltoma
    Participant

    Voilà, sans informations sur la résolution des images à respecter sur ce forum, je vous ai transmis des photos de faible résolution. Si vous désirez que je vous renvoie ces clichés en résolution élevée, n’hésitez pas à me le demander.

    Excellente fin de journée,

    #26447
    Loïc
    Admin ASCPF

    Bonjour Gille,

    Tu nous mets beaucoup de belles photos bien sympas mais je suis un peu frustré de ne pas avoir une explication sur la photo, un petit texte indiquant l’espèce, le lieu et un peu l’histoire de la photo comme tu l’as ressentie. Ce serait aussi super si tu les numérotais, cela faciliterait les discussions.

    Si tu mets ta souris à l’endroit de la date du poste, tu devrait voir apparaitre modifier (le poste) et tu peux écrire avant ou après la photo.

    En cas de difficulté pour le faire n’hésite pas a prendre contact avec la secrétaire ( secretaire@ascpf.com ) ou avec moi-même ( president@ascpf.com )

    Loïc

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 semaines et 3 jours par Loïc.
    #26452
    Olivier Gutfreund
    Participant

    Que du beau tout simplement

    #26458
    Pascale
    Admin ASCPF

    Bonjour Gilles,

    Toutes les photos que tu nous présentes sont magnifiques ! Ce sera un plaisir de te compter parmi nos membres !

    Pascale

30 sujets de 1 à 30 (sur un total de 53)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
Menu